Date: 
Sep 28, 2018
Author: 
Tomás O'Leary
Date: 
28/9/2018
Auteur: 
Tomás O'Leary
Datum: 
28.9.2018
Author: 
Tomás O'Leary

Le modèle économique d’IBM a beau se tourner progressivement vers les applications hébergées, son système traditionnel d’octroi de licences sur site représente toujours une bonne partie de ses revenus annuels, revenus notablement augmentés d’ailleurs par les suppléments associés à chaque licence. Les contrats de maintenance annuels sont une véritable manne pour IBM, c’est pourquoi votre gestionnaire de compte tient tant à vous faire signer leur renouvellement.

Malheureusement pour les actionnaires d’IBM, les clients, en particulier les plus importants, ne s’intéressent généralement à leurs contrats de maintenance qu’à l’approche de leur date d’expiration, c’est-à-dire tous les un, deux ou cinq ans.

Les audits logiciels IBM : une formidable source de revenus

Avec un modèle commercial basé sur des volumes de stock variables, comment IBM parvient-il à vendre toujours plus de contrats de maintenance ? En vendant davantage de licences aux clients existants, tout simplement. Mais que se passe-t-il si vous ne prévoyez pas de mettre à niveau vos logiciels ?

C’est là que les audits IBM entrent en jeu. En envoyant ses auditeurs sur site, IBM a une occasion en or de contrôler les licences et de déceler des infractions. N’est-ce pas là le meilleur moment pour IBM de vous vendre de nouvelles licences pour compenser le manque à gagner ? Mais ce n’est pas tout : chacune de ces nouvelles licences doit ensuite faire l’objet d’un contrat de maintenance qui vous liera au support IBM pendant encore trois ou cinq ans.

Et n’espérez pas que ce contrat soit simplement un avenant à votre contrat existant : il y a de fortes chances pour qu’il soit entièrement indépendant, ce qui est plus intéressant financièrement pour IBM.

Un véritable casse-tête pour les détenteurs d’anciens logiciels

Si un audit IBM identifie des licences effectivement manquantes, il est normal que votre entreprise les acquière. Mais dans certains cas, ces licences concernent un ancien système qui n’est plus exploité dans le cadre des activités de votre entreprise. Pire encore, il peut s’agir d’un système sur le point d’être abandonné.

Il est également possible que votre entreprise détienne par ailleurs des licences inutilisées. À la suite d’une fusion ou d’une acquisition par exemple, les registres de l’autre organisation n’ont peut-être pas encore été fusionnés avec les vôtres. Vous devez accéder au compte Passport Advantage de chacun de ces sites pour vous en assurer : il se peut que l’équipe chargée de l’audit IBM omette ce détail en dressant l’inventaire des licences.

S’il vous manque toujours des licences, il faudra vous résigner à les acheter, peu importe que votre système soit retiré de la circulation dans moins de six mois. Mais ne vous laissez pas prendre au piège des contrats de maintenance d’IBM. En effet, IBM ne propose pas de contrat de support temporaire, la durée minimale d’engagement étant de 12 mois. Autrement dit, votre entreprise paiera inutilement un support de six mois qu’elle n’utilisera jamais.

Tirer le meilleur parti d’un audit logiciel IBM

Pour ce qui est des anciennes applications IBM, pourquoi payer un support OEM, surtout en cas d’abandon imminent du système ? Votre entreprise a plutôt intérêt à souscrire un contrat de support flexible avec un prestataire de support IBM indépendant tel qu’Origina.

Nous proposons en effet un contrat de maintenance à court terme qui non content d’être moins cher, prend fin dès que vous cessez d’utiliser le système concerné. Ainsi, vous reprenez immédiatement en main le contrôle de votre infrastructure.

Les contrats Origina s’assortissent par ailleurs de certaines protections en cas d’échec à un audit IBM. S’il vous manque des licences par exemple, Origina les ajoutera au contrat de maintenance existant sans frais supplémentaires. Bien évidemment, cela ne vous dispensera pas de vous acquitter des frais de licence auprès d’IBM, mais vos coûts de maintenance resteront inchangés.

Pour éviter les sueurs froides en cas d’audit logiciel IBM et comprendre comment Origina peut vous aider à reprendre le contrôle de vos dépenses et de vos contrats, n’hésitez pas à nous contacter.

Recent Posts

"Sorry it’s just our policy"
In regard to your IBM software support, don’t settle for “It’s just our policy”, bad customer service, long SLA times or overpriced support.
How to reduce IBM support costs using third-party support
Although IT budgets have been increasingly over the past few years, CIOs are expected to make that cash stretch further than ever before.
Software contracts - Is this what Stockholm syndrome feels like!
Businesses are suffering, conditioned by software contracts vendors to believe they have absolutely no choice but to accept audits, annual charge uplifts.

AKTUELLE POSTS

Ihr guter Vorsatz fürs neue Jahr – Kosten senken
Verabschieden Sie sich von erzwungenen Upgrades und genießen Sie 2019, glücklich unterstützt von Ihrem Vorsatz fürs neue Jahr.
Wie wirkt sich der Verkauf älterer IBM-Software an HCL auf IBM-Kunden aus?
Wie sich die Übernahme von IBM-Software durch HCL auf bestehende IBM-Kunden auswirken wird
Märchenstunde: 5 „Fakten“ über Software-Audits, die Sie nicht glauben sollten
Um IBM-Audits ranken sich zahlreiche Mythen und Unwahrheiten. Hier sind fünf, die Sie auf keinen Fall glauben sollten.

ARTICLES RÉCENTS

Votre résolution pour la nouvelle année: réduire les coûts
Dites adieu aux mises à niveau forcées et profitez de 2019 avec le soutien de votre résolution du Nouvel An promise.
À quoi peuvent s’attendre les clients IBM après la vente de ses logiciels hérités à HCL ?
En quoi l’acquisition de logiciels IBM par HCL affectera-t-elle les clients IBM existants ?
Survivre à l’échec d’un audit de licences logicielles
Un jour ou l’autre, votre entreprise échouera à un audit IBM : voici comment survivre à cette défaillance