Origina logo mobile

Le modèle commercial d’IBM se réoriente peu à peu vers les applications hébergées, mais les licences conventionnelles sur site continuent de représenter une part significative de son chiffre d’affaires annuel. Les modules complémentaires qui accompagnent chaque licence sont une source de revenus encore plus importante pour IBM. Les contrats de maintenance annuels, ou « rentes », comme IBM les appelle, sont une vraie mine d’or pour IBM, ce qui explique que votre responsable de compte vous pousse si fort pour obtenir votre signature au moment du renouvellement de votre contrat.

Malheureusement pour les actionnaires d’IBM, les clients (notamment les plus grands clients) ne passent en revue leurs accords de maintenance qu’à l’approche de leur date d’expiration, c’est-à-dire tous les 3 ou 5 ans.

Les audits de logiciels IBM comme outil de génération de revenus

Avec un modèle commercial basé sur des volumes d’inventaires en constante évolution, comment IBM peut-elle vendre davantage de contrats de maintenance ? En vendant davantage de licences aux clients existants, bien entendu. Mais que se passe-t-il si vous n’avez pas l’intention d’acheter une mise à niveau ?

C’est là que les audits IBM entrent en jeu. En envoyant des auditeurs sur site, IBM a trouvé une opportunité en or pour vérifier tout défaut dans le nombre de licences et vous vendre les licences qui manquent. Surtout, et c’est encore plus important, chacune de ces nouvelles licences est obligatoirement ajoutée à un contrat de maintenance, qui vous lie à l’assistance IBM pour 3 ou 5 ans de plus.

Il est fort probable que les dates de ce nouveau contrat d’assistance ne correspondent pas à celles de votre accord existant. Il est probable qu’il soit indépendant. Cela aide Big Blue à augmenter ses rentrées d’argent.

Un casse-tête majeur pour les propriétaires d’anciens logiciels

Si un audit IBM identifie un manquement légitime dans le nombre de licences, il est tout à fait correct que votre entreprise corrige la différence. Mais que se passe-t-il si le manquement est lié à un ancien système qui n’a plus de rôle dans les opérations de votre secteur d’activité ? Notamment ceux qui doivent être mis hors service de façon imminente ?

Est-il possible que vous déteniez des licences non utilisées dans l’entreprise ? Si votre entreprise a réalisé une fusion ou une acquisition, la filiale peut avoir des dossiers qui ne sont pas encore fusionnés avec ceux de la maison mère. Accédez au compte Passport Advantage de chaque site pour vérifier ; il est possible que l’équipe d’audit d’IBM néglige ce facteur lors de leur propre compte du nombre de licences.

S’il vous manque toujours des licences, il vous faudra prendre le taureau par les cornes et acheter les licences en question, même si le système sera mis hors service dans les 6 mois. Mais ne tombez pas dans le piège de la maintenance IBM. IBM ne vous offrira pas d’accord d’assistance temporaire, et la durée la plus courte que vous pouvez obtenir est de 12 mois. Cela signifie que votre entreprise devra payer 6 mois d’assistance dont elle n’a pas besoin et qu’elle n’utilisera jamais.

Comment tirer le meilleur parti de votre audit de logiciels IBM ?

En ce qui concerne les anciennes applications IBM, il n’est guère avantageux de payer une prime pour l’assistance OEM, tout particulièrement si le système doit être mis hors service de façon imminente. Une alternative bien plus efficace pour votre entreprise serait un accord d’assistance flexible avec un fournisseur de tierce maintenance IBM comme Origina.

Nous pouvons offrir un contrat de tierce maintenance qui est non seulement plus économique, mais également qui se termine lorsque vous arrêtez d’utiliser le système en question. Cela vous donne immédiatement un plus grand contrôle sur votre infrastructure.

Un accord avec Origina vous offre également des protections en cas d’échec lors d’un audit IBM. Si le résultat de l’audit indique que vous n’avez pas assez de licences actives, Origina ne vous facture pas plus pour les ajouter à votre contrat de maintenance existant. Bien entendu, vous aurez toujours à payer les nouvelles licences IBM, mais les coûts de maintenance n’augmenteront pas de la même manière.

Pour en savoir plus sur la façon dont nous pouvons vous simplifier les choses par rapport aux audits de logiciels IBM et comment nous pouvons vous aider à regagner le contrôle de vos coûts et de vos contrats, n’hésitez pas à nous contacter.

ORIGINA SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Table des Matières

Pour les derniers conseils technologiques Abonnez-vous à notre NEWSLETTER - THE UPTME

Origina Cyber Security

Wait! Don't forget to subscribe to our Newsletter- The Uptime for the latest technology tips!

Origina logo optimized

Join Us

Breaking Free: TPM’s, Software Licenses & the ‘Right to Repair’
-Above the Law Series

There has been considerable debate about legal protection of TPMs and the challenges of the right to repair under competition and copyright law. And the debate has moved into a direction that benefits enterprises like yours.