Origina logo mobile

Les compagnies d’assurance ont dû faire face à une série de défis sans précédent et de décisions difficiles… puis la pandémie est arrivée.

Les projets qui se consacraient au déploiement de nouvelles technologies d’assurance se sont retrouvés à devoir batailler pour obtenir l’attention d’équipes informatiques débordées. La gestion d’un gros volume de télétravailleurs et d’une augmentation du nombre de demandes liées aux règles a posé un défi technique.

Au cœur du problème se trouve un mélange d’applications anciennes et de nouvelles applications innovantes. Bien que toute compagnie d’assurance bien établie aimerait que ces deux types d’applications fonctionnent ensemble, une planification adéquate et une utilisation efficace des ressources sont nécessaires pour leur intégration. En cas de réussite, les entreprises gagnent un avantage concurrentiel majeur.

En parallèle, se trouvent des challengers de l’industrie en pleine émergence, qui défient peu à peu les grands noms. Ces nouveaux arrivants sont entrés par le cloud et offrent un service exclusivement numérique, s’appuyant sur une expérience client dynamique, qui a recours à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage automatique pour les aider à trouver leurs prochaines initiatives.

Les compagnies d’assurance existantes doivent à présent accélérer leur transformation numérique pour rester dans la course, ou risquer d’être laissées pour compte. Un avantage concurrentiel qu’elles utilisent de plus en plus est la tierce maintenance logicielle.

Les assurances et leur renaissance technologique

Au cours des 20 dernières années, presque toutes les sociétés ont fait le nécessaire pour se transformer en entreprises technologiques. Les constructeurs automobiles se repositionnent en tant qu’entreprises technologiques. Les banques se repositionnent en tant qu’entreprises technologiques.

Pourquoi en serait-il autrement des assurances ?

Les marques établies et reconnues qui ont dominé le secteur pendant des années se retrouvent face à une concurrence de grande ampleur, comme elles n’en avaient jamais vu auparavant. Les startups en assurances, rapides et agiles, sont capables de menacer une grande part de marché grâce à des formules sans abonnement, des processus de demandes de remboursement simples et une expérience cliente avant tout numérique.

Pour s’attaquer de front à ce défi, les compagnies d’assurance ne doivent pas envisager leurs produits d’un point de vue traditionnel. Leurs produits doivent se concentrer sur la technologie qu’elles utilisent,qu’il s’agisse de la perspective d’un développement en interne ou de les rendre disponibles en externe.

De la même manière que Google est entrée dans le secteur des véhicules autonomes, les compagnies d’assurance doivent trouver leur technologie.

Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire. Les compagnies d’assurance du Fortune 500 qui ont construit une image de marque à même de gagner la confiance de leurs clients au cours des dernières décennies peuvent se retrouver en partie compromises à cause de leur succès. Les stratégies qui les ont aidées à s’implanter sont à présent des obstacles qui les entravent.

Avec de nombreuses acquisitions à leur actif, elles ont consolidé les technologies sous-jacentes en environnements qui sont stables et très fiables, mais pas très agiles ni flexibles. Avec l’ancienne infrastructure utilisée comme base, ces compagnies trouvent qu’il est difficile de transférer leurs opérations informatiques et modifier leur culture en profondeur pour répondre aux nouveaux concurrents de l’industrie.

Le point le plus important pour défier les nouveaux du secteur est aussi simple que de comprendre pourquoi les anciennes technologies freinent les entreprises et comment réduire le risque sous-jacent.

Bienvenue aux nouvelles technologies du monde des assurances

Comment les prestataires d’assurance peuvent-ils exploiter pleinement les nouvelles plateformes d’intelligence artificielle, de chaîne de blocs, et d’expérience client tout en conservant leur ancienne infrastructure ?

La meilleure approche consiste à stabiliser les anciennes technologies, prolonger leur cycle de vie et améliorer leurs fonctionnalités.

En limitant l’attention portée sur les produits tels qu’IBM® MQ, Db2, Cognos et WebSphere Application Server, les entreprises libèrent leurs meilleurs experts technologiques pour leur permettre de se concentrer exclusivement sur les nouvelles technologies. Cela permet :

  • d’utiliser les ressources avec efficacité ;
  • d’innover avec agilité ;
  • de rivaliser avec les nouveaux concurrents ;
  • de raccourcir les délais de livraison des projets.

Toute personne qui travaille avec des anciennes infrastructures comprendra, ceci dit, que la prolongation de leur cycle de vie et l’amélioration de leurs fonctionnalités ne sont pas chose facile. À coup d’accords d’assistance logicielle chers, les OEM (fabricants d’équipement d’origine) poussent constamment pour les mises à niveau des produits et effectuent uniquement la maintenance des logiciels si leur version est prise en charge. Le besoin en nouvelles fonctionnalités pour les produits est souvent indissociable du coût élevé d’une mise à niveau du logiciel.

Les compagnies d’assurance doivent trouver le bon partenaire, capable de sécuriser et stabiliser leur ancienne infrastructure, sans causer leur paralysie financière. De plus, un tel partenaire doit être capable d’offrir une assistance pour le produit, dans le cadre de l’évolution de l’environnement numérique. Fournir des recommandations qui vont au-delà des conseils sur la simple façon d’exécuter le logiciel constitue un élément majeur pour optimiser les résultats commerciaux tout en réduisant les coûts.

Les compagnies d’assurance se tournent vers la tierce maintenance logicielle

De nombreuses compagnies d’assurance se tournent vers les fournisseurs de tierce maintenance logicielle pour trouver un partenaire qui puisse effectuer la maintenance de leur ancienne infrastructure de façon à leur permettre de mener à bien leur feuille de route informatique.

La tierce maintenance logicielle permet aux entreprises de prendre des décisions stratégiques concernant leur ancienne infrastructure. Cela peut se traduire par le fait de maintenir la stabilité de leurs logiciels stables pendant une année, le temps qu’elles développent, testent et déploient la technologie de remplacement, ou simplement prolonger la version stable actuellement en place pour éviter un projet de mise à niveau.

En réalité, près de 4 entreprises sur 5 utilisent la tierce maintenance logicielle sous une forme ou une autre, selon une étude de Forrester Consulting. Seules 14 % des entreprises utilisent exclusivement l’assistance logicielle des OEM (fabricants d’équipement d’origine).

Origina travaille avec de nombreuses entreprises du Fortune 500 pour les aider à stabiliser leur ancienne infrastructure et leur fournir l’expertise nécessaire sur les produits afin de prolonger leur cycle de vie.

Les fournisseurs tiers comme Origina sont capables d’apporter une approche proactive originale pour gérer leur ancienne technologie. Des experts IBM® mondiaux indépendants forts de 15 années d’expérience sur leur produit peuvent offrir des performances durables tout en résolvant les problèmes d’interopérabilité avec les technologies de cloud et de SaaS récemment adoptées.

En outre, tout ceci est réalisable en divisant de moitié les frais d’assistance annuels fixes par deux sans avoir besoin des mises à niveau de version.

Les économies réalisées en optant pour la tierce maintenance sont souvent réinvesties dans le budget informatique pour des projets innovants qui révolutionnent l’expérience client ou donnent un avantage concurrentiel à l’entreprise. La sérénité de savoir que l’ancienne infrastructure bénéficie d’une maintenance vient s’ajouter à une relation qui permet aux prestataires d’assurance bien établis de faire un énorme bond en avant pour devenir une entreprise principalement numérique.

La tierce maintenance logicielle aide les grandes compagnies d’assurance à prendre le contrôle de leur feuille de route informatique. Là où les OEM peuvent essayer de faire dérailler un projet de migration ou de mise hors service parce qu’il est synonyme de perte de revenus, les fournisseurs de tierce maintenance se sont imposés comme des partenaires stratégiques et d’exécution.

Adoption d’une tierce maintenance

Origina travaille avec de nombreuses entreprises du Fortune 500, les aide à réduire leurs coûts fixes annuels de 40 à 50 %, stabilise leur ancienne infrastructure et mène à bien leur transformation numérique.

Avant de changer de système, les clients ont la possibilité d’identifier des initiatives informatiques critiques pour lesquelles Origina peut leur prêter main-forte. Au lieu de réaliser la maintenance logicielle seule, l’équipe d’Origina effectuera la maintenance des produits dans le contexte des projets auxquels ils appartiennent.

Découvrez comment Origina peut aider votre compagnie d’assurance à relever ses nouveaux défis et mener à bien sa feuille de route informatique.

ORIGINA SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Table des Matières

Pour les derniers conseils technologiques Abonnez-vous à notre NEWSLETTER - THE UPTME

Origina Cyber Security

Wait! Don't forget to subscribe to our Newsletter- The Uptime for the latest technology tips!

Origina logo optimized

Join Us

Breaking Free: TPM’s, Software Licenses & the ‘Right to Repair’
-Above the Law Series

There has been considerable debate about legal protection of TPMs and the challenges of the right to repair under competition and copyright law. And the debate has moved into a direction that benefits enterprises like yours.