L’accord entre IBM et HCL – et ce qu’il signifie pour le support logiciel

Il n’y a pas si longtemps, IBM a annoncé une opération qui aurait plus d’impact sur ses clients que sur ses propres activités : la vente de sept produits logiciels hérités à HCL.

Annoncée en décembre 2018 et officialisée en juin 2019, la vente d’Appscan, BigFix, Commerce, Lotus Notes et Domino, Unica, Portal et Connections a provoqué une onde de choc dans le secteur. Les entreprises qui avaient construit leur pile technologique en s’appuyant sur le support logiciel d’IBM se sont retrouvées à devoir traiter avec un tout nouveau fournisseur – et peut-être même à se demander pourquoi elles avaient renouvelé leur contrat en premier lieu.

L’accord donne également aux décideurs informatiques un aperçu de la manière dont le méga-fournisseur pourrait traiter les logiciels hérités qui permettent à leurs entreprises de fonctionner.

Examinons ce que cela signifie pour les utilisateurs d’IBM et ce que les entreprises peuvent faire pour atténuer autant que possible l’interruption de leurs activités.

CE QUE L’ACCORD ENTRE IBM ET HCL SIGNIFIE POUR LES CLIENTS

Depuis des années, IBM détourne son attention et ses ressources de sa célèbre gamme de produits logiciels pour tenter de rejoindre le marché en pleine expansion du cloud computing. L’un des mouvements majeurs a eu lieu fin 2018 avec l’annonce de la cession d’un portefeuille de solutions à HCL, un fournisseur international de technologies, à seulement 4 % de la valeur du marché.

La nouvelle – qui a d’abord choqué – n’était que le point de départ d’autres accords de licence qu’IBM prévoit de cibler à mesure qu’elle se sépare de son portefeuille de logiciels, comme la vente de la technologie Watson Marketing à la société de capital-investissement Centerbridge en 2019 ou de son portefeuille Algorithmics à SS&C en 2019. Un objectif commercial clair est en jeu pour IBM: redistribuer les ressources de ses équipes de développement de logiciels et d’assistance à d’autres secteurs de l’entreprise.

En fin de compte, ces types d’accords laissent les entreprises qui sont bloquées dans des accords à long terme sans avoir leur mot à dire sur le choix de leur fournisseur de support logiciel. Alors qu’ils avaient commencé un contrat en se sentant en sécurité avec IBM comme partenaire, ils peuvent le terminer en recevant des services d’une société dont ils n’avaient jamais entendu parler auparavant.

Lorsque la technologie joue un rôle aussi important dans l’opérabilité d’une entreprise – en particulier avec des solutions comme Appscan et Commerce – une vente comme celle d’IBM et HCL devient soudainement un risque d’interruption des activités.

IBM peut toujours se targuer d’avoir un portefeuille considérable de produits logiciels et de clients, mais ses activités récentes semblent indiquer que ce n’est pas là que se situe l’attention de la société. Les décideurs de la C-suite peuvent considérer cela comme une préoccupation, étant donné que l’entreprise continue à inscrire régulièrement ses clients à l’assistance logicielle standard et – lorsque les entreprises souhaitent uniquement conserver leur infrastructure existante – à l’assistance des logiciels hérités.

Pour dire les choses simplement, l’accord entre IBM et HCL apporte plus d’incertitude que de clarté.

QUE POUVONS-NOUS APPRENDRE DE L’ACCORD ENTRE IBM ET HCL ?

L’accord entre IBM et HCL s’inscrit dans la continuité d’une tendance qui montre qu’IBM est désireuse de s’affranchir des logiciels hérités. C’est un grand changement pour les nombreuses entreprises dont les piles technologiques reposent sur ce même logiciel.

Bien qu’ils aient pu éviter les mises à niveau forcées en payant pour un support logiciel étendu, cette fenêtre d’opportunité semble toucher à sa fin avec IBM et le type de service qu’il apportera. Cela oblige ses clients à se tourner vers des options comme HCL, qui sont des marchandises inconnues lorsqu’il s’agit du type de service qu’elles fourniront.

Ce n’est pas la position dans laquelle une entreprise souhaite se trouver lorsqu’il s’agit de maintenir des applications critiques. Pourtant, IBM n’offre pas beaucoup de choix à ses clients.

De plus en plus d’entreprises renoncent à la mise à niveau vers des versions dotées de nouvelles fonctionnalités médiocres et préfèrent conserver une infrastructure éprouvée, testée et stable. Il s’agit d’une stratégie qui, si elle est poursuivie, pourrait conduire à la vente de leur support logiciel au plus offrant.

Peut-être que la meilleure raison pour laquelle l’accord entre IBM et HCL sera connu est le fait que le public se tourne vers le support de logiciels tiers. Étant donné que le support logiciel n’est plus assuré par IBM et que les prix exorbitants des anciens logiciels sont de toute façon en place, il est logique qu’une entreprise prenne en charge le support logiciel.

Le support tiers d’IBM fait partie d’un marché du support tiers en pleine croissance qui s’est en partie développé en raison du modèle prohibitif des logiciels hérités. Elle offre aux entreprises un moyen différent d’obtenir le même niveau de service, voire un meilleur, généralement à moitié prix.

Le soutien d’un tiers représente une alternative viable à la vente continue qui suivra probablement l’opération HCL. Avec l’avenir incertain qui attend les clients d’IBM, c’est une certitude que beaucoup d’entre eux n’auront jamais.

Vous souhaitez en savoir plus sur le support tiers d’IBM ? Contactez Origina dès aujourd’hui pour programmer votre évaluation de faisabilité gratuite.

SAUTER À :

According to Gartner, implementing continuous modernization with more mature software applications can minimize cost, risk, and downtime.

By 2030, more than 85 million jobs could go unfilled because there aren’t enough skilled people to take them, including many legacy software support positions. Who will maintain your systems?

Pour les derniers conseils technologiques Abonnez-vous à notre newsletter- THE UPTIME

Découvrez les actualités du secteur, accédez à des webinaires, des conseils et des astuces, des articles de blog, des podcasts et des guides sur des sujets tels que la cybersécurité, la réduction des coûts de support et de maintenance des logiciels et bien plus encore, le tout livré dans votre boîte de réception chaque mois.

Inscrivez-vous à la newsletter d'Origina

Attendez! N'oubliez pas de vous abonner à notre Newsletter - The Uptime pour les derniers conseils technologiques !