Un coup d’œil derrière le rideau d’un contrat logiciel IBM

Une fois qu’une entreprise a investi dans les produits IBM qui constitueront son infrastructure numérique pour la prochaine décennie, il est logique qu’elle obtienne également un soutien pour ces produits.

Un contrat logiciel IBM permet à votre entreprise de bénéficier de l’assistance d’un expert en cas de problème technique, tant que le produit n’est pas arrivé en fin de support (EOS). L’assistance prend principalement la forme de la réception de correctifs et de corrections de vulnérabilités ou de bogues, ainsi que d’un accès aux mises à niveau des nouvelles versions tant que votre licence perpétuelle est active.

Dans le même temps, vous payez un prix élevé pour tout cela – et IBM en tire un flux de revenus récurrents non négligeable. Les contrats de maintenance de ses logiciels devenant une source de revenus précieuse dans le cadre de sa percée sur le marché du cloud computing, la ligne de démarcation entre ces relations qui profitent davantage au client ou aux résultats d’IBM devient un peu floue.

Nous avons donc décidé d’enlever les lunettes et d’ouvrir le rideau pour voir si ces contrats logiciels IBM méritent vraiment d’être sur le devant de la scène.

COMMENT LES CONTRATS LOGICIELS D’IBM PROFITENT À IBM

IBM a un devoir envers ses actionnaires (un peu comme votre propre entreprise) de générer autant de ventes que possible. Son contrat de maintenance logicielle joue un rôle important en aidant l’entreprise à réaliser de nouvelles ventes, qui prennent la forme de mises à niveau.

Le contrat de maintenance des logiciels est en fait une taxe de 20 % prélevée sur les clients pour le droit de mettre à niveau leurs actifs. Dans les cas où un produit atteint l’EOS, les entreprises pourraient ne recevoir que la moitié de la valeur à laquelle elles ont souscrit. Une fois que l’application a atteint sa fin de vie, les entreprises continuent de payer pour le support logiciel, bien qu’elles ne puissent plus enregistrer d’appels ou soumettre des tickets pour cette application.

Le fait d’inciter les clients à passer aux versions les plus récentes profite également à IBM. Les exigences en matière de licence logicielle, par exemple, peuvent changer d’une version à l’autre. Si l’entreprise était en conformité avec la version précédente, elle peut être amenée à acheter des licences supplémentaires dans les nouvelles versions. C’est un scénario qui, s’il est négligé, pourrait apparaître comme un autre coût dans un audit de licence – ce qui fournirait à IBM une autre source de revenus de ses contrats logiciels.

Bien sûr, la mise à niveau directe vers la dernière version n’est pas toujours l’option la plus facile ou la plus abordable pour les clients. Il est possible qu’une entreprise doive payer des frais d’échange sur les produits EOS pour passer à la dernière version. Si l’on ajoute à cela que le projet de mise à niveau lui-même peut se chiffrer en millions, il est facile de comprendre qu’un contrat logiciel IBM est plus coûteux qu’il n’y paraît au premier abord.

En fin de compte, IBM essaiera toujours de persuader ses clients de procéder à une mise à niveau, que ce soit directement ou indirectement. Bien que les anciennes versions puissent être stables, leur simple existence oblige IBM à allouer des ressources à leur maintenance, qu’il s’agisse de garder des experts IBM qualifiés en interne ou de devoir simplement se consacrer à un plus large éventail d’applications. En imposant des mises à niveau aux clients et en éliminant progressivement les anciennes solutions, IBM est en mesure de consolider ses talents techniques et de se concentrer sur quelques versions d’applications seulement.

L’enjeu financier étant désormais clairement établi, il est facile de comprendre pourquoi IBM veut s’assurer que votre entreprise reste engagée dans le cycle de mise à niveau. C’est peut-être la raison pour laquelle IBM retirera le support des anciennes versions de logiciels, qu’elles continuent à fonctionner efficacement ou non. Bien sûr, chaque nouvelle version devrait comporter des caractéristiques et des fonctionnalités supplémentaires – ce qui incite à respecter le cycle de mise à niveau d’IBM – mais l’impact de ces mises à niveau et la question de savoir si elles en valent la peine peuvent être mineurs et subjectifs.

En réalité, un contrat logiciel IBM cède le contrôle de votre stratégie logicielle à IBM – et ses priorités sont légèrement différentes de celles de votre entreprise. Si l’une des parties s’appuie sur l’obsolescence forcée et des services d’assistance tarifés au prix fort pour rester dans le vert, l’autre peut se retrouver dans le rouge à cause de cela.

L’IMPACT DES CONTRATS LOGICIELS D’IBM SUR VOTRE ENTREPRISE

La stabilité des applications est l’objectif principal de tout directeur technique. L’activité permanente exige un accès permanent aux produits IBM. L’objectif est donc clairement de développer un patrimoine numérique robuste et résistant aux pannes.

En d’autres termes, une fois que les solutions sont intégrées et opérationnelles, il doit y avoir un argument commercialtrèsfort en faveur de la mise à niveau. Sinon, le compromis est difficile à justifier.

Permettre à IBM de dicter les conditions de la mise à niveau, c’est renoncer à un contrôle important et, potentiellement, à la stabilité de votre infrastructure numérique. Les mises à niveau forcées font passer le besoin de profit d’IBM avant les priorités opérationnelles de votre entreprise.

Lorsqu’il s’agit de systèmes anciens ou de ceux qui ne sont pas nécessaires aux opérations de l’entreprise, la nécessité d’une mise à niveau est encore plus discutable. Ces produits IBM® sont stables, fiables et ne nécessitent pas de nouvelles fonctionnalités pour conserver leur valeur.

En fait, l’une des seules justifications de la mise à niveau serait d’obtenir un soutien. En effet, même si une entreprise paie pour la maintenance d’un logiciel, rien ne garantit qu’elle pourra enregistrer des appels et obtenir de nouveaux correctifs – il faut aussi que la version de ce logiciel soit prise en charge.

Tout cela pour dire que pour maintenir un patrimoine numérique fiable et pleinement opérationnel, les cadres peuvent trouver qu’IBM leur force souvent la main pour une mise à niveau, juste pour obtenir un soutien.

S’AFFRANCHIR DU CYCLE CONTRACTUEL DES LOGICIELS IBM

Nous nous trouvons maintenant pris entre le marteau et l’enclume. Il est évident que votre entreprise ne peut pas laisser ses applications sans support. Dans le même temps, elle ne peut pas se permettre de conclure un contrat portant sur des logiciels IBM qui l’obligerait à effectuer des cycles de mise à niveau non souhaités.

Alors, quel est le seul moyen de s’en sortir ? Il s’agit peut-être de jeter un coup d’œil à votre support logiciel IBM et de voir s’il n’y a pas une meilleure option.

Une option serait de faire appel à un fournisseur de support logiciel tiers comme Origina. Elle permet aux entreprises de prolonger la longévité des logiciels, d’éviter les coûts inutiles et de se prémunir contre les risques inutiles. Les avantages comprennent :

  1. Une réduction significative des coûts : Lorsque l’entreprise paie actuellement des frais annuels croissants représentant 20 % ou plus du prix d’achat initial, les fournisseurs de support tiers comme Origina réduisent ce coût de moitié. En outre, Origina n’adopte pas les mêmes principes commerciaux qu’IBM en augmentant les coûts de support annuels de 5 %.
  2. La liberté de mettre à niveau à vos conditions : Si vos applications patrimoniales continuent de répondre aux besoins de votre entreprise, celle-ci peut conserver cet actif aussi longtemps qu’elle le souhaite. La prise en compte de la réduction des coûts de maintenance permettra de réduire considérablement le coût total de possession des logiciels patrimoniaux pendant la durée du contrat. Étant donné que vos licences IBM® Passport Advantage sont perpétuelles, vous avez automatiquement droit aux dernières versions disponibles sur le marché jusqu’à la date d’expiration de votre contrat S&S. Vous conservez la liberté de passer à ces nouvelles versions après l’expiration de votre contrat S&S IBM®, ce qui vous permet de prendre en charge votre stratégie de mise à niveau. Si le plan d’affaires change et que vous devez passer à une version plus récente, vous pouvez rétablir votre support auprès d’IBM® pour obtenir des versions plus récentes et continuer à faire des économies commerciales si cela n’est pas fait dans une période de trois ans à partir de la date d’expiration de votre S&S.
  3. Développer de nouvelles fonctionnalités : L’un des avantages importants de l’emploi d’anciens ingénieurs de développement d’IBM est la connaissance et l’expérience de la manière dont les produits logiciels sont construits. Pour de nombreux clients d’Origina, la nécessité de créer de nouvelles fonctionnalités pour leur version déployée du produit logiciel IBM est cruciale. Origina a créé des améliorations de fonctionnalités pour de nombreux produits IBM que nous prenons en charge afin de prolonger l’investissement de nos clients dans ces logiciels et, en fin de compte, de prolonger leur longévité dans la fourniture de services commerciaux essentiels.
  4. Maintenir un support logiciel égal – ou supérieur : Le modèle opérationnel unique d’Origina vous donne un accès direct à vos experts IBM® dédiés, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, pour chaque produit logiciel pris en charge. Ces ressources assignées restent en place pendant toute la durée du support, ce qui se traduit par un service beaucoup plus efficace et réactif dans le traitement de vos problèmes de support des produits IBM.
  5. Construire une infrastructure informatique de pointe : Pour que votre patrimoine numérique fonctionne bien et réponde aux besoins permanents de votre entreprise, vous devez contrôler le plus grand nombre possible de vos plateformes. Cela signifie qu’il faut pouvoir définir quand et si les mises à niveau sont réellement nécessaires pour atteindre vos objectifs opérationnels – et non être contraint à un cycle de mise à niveau défini par IBM.

Vous voulez savoir combien votre entreprise pourrait économiser en optant pour le support tiers d’IBM ? Programmez votre évaluation de faisabilité gratuite dès aujourd’hui.

SAUTER À :

According to Gartner, implementing continuous modernization with more mature software applications can minimize cost, risk, and downtime.

By 2030, more than 85 million jobs could go unfilled because there aren’t enough skilled people to take them, including many legacy software support positions. Who will maintain your systems?

Pour les derniers conseils technologiques Abonnez-vous à notre newsletter- THE UPTIME

Découvrez les actualités du secteur, accédez à des webinaires, des conseils et des astuces, des articles de blog, des podcasts et des guides sur des sujets tels que la cybersécurité, la réduction des coûts de support et de maintenance des logiciels et bien plus encore, le tout livré dans votre boîte de réception chaque mois.

Inscrivez-vous à la newsletter d'Origina

Attendez! N'oubliez pas de vous abonner à notre Newsletter - The Uptime pour les derniers conseils technologiques !