Origina logo mobile

Le secteur des services financiers est très différent de ce qu’il était il y a seulement vingt ans. L’innovation technologique a fait naître des concurrents au potentiel considérable, tels que PayPal et Revolut, tout en révolutionnant les attentes des clients.

Les institutions qui misaient autrefois sur leur renommée se démènent pour ne pas être laissées pour compte.

L’un des atouts qui permettait autrefois à ces titans de l’industrie de se tailler la part du lion sur le marché est aujourd’hui l’un des éléments qui les freinent : leur infrastructure informatique.

Les logiciels IBM jouent un rôle essentiel dans cette infrastructure, avec certains produits qui servent de socle à cet environnement. Les institutions financières sont aujourd’hui confrontées au défi d’intégrer de nouvelles technologies à des versions plus anciennes mais stables de leurs anciens logiciels IBM, tout en répondant à la demande d’une expérience client de plus en plus virtuelle.

De nombreux prestataires de services financiers se tournent vers Origina pour obtenir de l’aide. La tierce maintenance pour les logiciels IBM est devenue un avantage concurrentiel pour les acteurs de grande et moyenne taille, en raison de l’expertise produit à la demande et de la qualité élevée du service. En outre, les économies immédiates en matière de coûts fixes sur les frais d’assistance annuels tout comme les services à valeur ajoutée font de la tierce maintenance une source de financement inexplorée pour les projets.

La transformation numérique a un coût

L’une des raisons pour lesquelles ces concurrents ont pu s’imposer si rapidement dans un secteur aussi solidement établi que celui des services financiers est justement le fait qu’ils sont nouveaux.

Ces entreprises sont parvenues à tirer parti dès le départ d’un grand nombre de nouvelles technologies que leurs adversaires établis de longue date (notamment votre entreprise) ne font qu’étudier depuis quelques années. Grâce à cela, ils ont pu mettre en place une infrastructure souple capable d’intégrer de nouvelles solutions en toute fluidité.

Les institutions de taille moyenne et les grandes entreprises internationales n’ont pas ce luxe. Compte tenu des anciens logiciels, des accords de licence complexeset du contrôle rigoureux de la part des organismes de réglementation, la décision relative à la transformation numérique devient une tâche aussi ardue que le projet lui-même.

Les obstacles se présentent sous deux formes :

  • démêler le parc IBM tentaculaire en clarifiant les droits et en parvenant à une meilleure compréhension des accords de licence en vigueur ;
  • développer une expertise produit pour compléter les ressources de l’équipe informatique interne et aider à intégrer les nouvelles technologies aux anciens logiciels IBM, sans engendrer de risque pour les opérations ni compromettre la sécurité.

Si l’on prend ces défis au pied de la lettre, les responsables des actifs logiciels, les responsables des achats et les équipes des opérations informatiques ont du pain sur la planche. Néanmoins, ce ne sont pas les seuls obstacles à franchir. Compte tenu de facteurs tels que la gestion du coût total de possession, l’équilibre des dépenses liées aux nouveaux projets et la gestion de structures contractuelles et de relations avec des fournisseurs inflexibles, mettre tout en ordre s’avère être une tâche au mieux éprouvante.

En fin de compte, comme tous ceux qui lisent ces lignes peuvent d’ores et déjà le comprendre, la transformation numérique a un coût direct et indirect qui se chiffre en dizaines de millions pour tout projet donné. Faute d’une improbable injection de liquidités dans le budget, de nombreuses entreprises auront du mal à trouver les ressources financières et autres nécessaires pour mener à bien des initiatives cruciales.

Si la transformation numérique devient prohibitive, les institutions de services financiers auront du mal à suivre le rythme de leurs concurrents.

Obtenir un avantage concurrentiel dans les services financiers

La tierce maintenance pour les produits IBM d’Origina offre aux acteurs établis du secteur des services financiers un avantage concurrentiel que leurs rivaux ne peuvent pas reproduire.

Là où un fournisseur de logiciels a tendance à enfermer ses clients dans des cycles de mise à niveau et des contrats plus longs, les fournisseurs de tierce maintenance se concentrent davantage sur la fourniture de services à valeur ajoutée. Ceci permet aux entreprises de tirer parti de l’expertise produit et des économies apportées par la tierce maintenance en vue de faire avancer la feuille de route informatique portant sur leurs anciens logiciels IBM.

Les équipes chargées de la gestion des actifs logiciels et des achats ont accès aux experts en licences IBM, qui peuvent les aider à démêler leur parc et à clarifier leurs usages et leurs droits. Ces informations peuvent permettre de réaliser des économies supérieures aux 50 % d’économies enregistrés en moyenne sur les frais d’assistance annuels et accélérer la concrétisation des projets.

Pour découvrir comment Origina vient en aide aux équipes chargées des achats et de la gestion des actifs logiciels, cliquez ici.

Sur le plan technique, les équipes des opérations informatiques bénéficient d’un meilleur accès à l’expertise produit et à l’assistance aux projets qu’avec un fournisseur. Les sessions trimestrielles de rencontre gratuites avec les experts permettent aux équipes informatiques internes de rencontrer directement les Experts IBM® mondiaux indépendants d’Origina afin de recueillir des observations essentielles, liées à des projets de transformation numérique. Ces GIE disposent d’au moins 15 ans d’expérience avec leur produit et certains sont même les développeurs qui en sont à l’origine.

Pour découvrir comment Origina vient en aide aux équipes des opérations informatiques, cliquez ici.

Les institutions de services financiers obtiennent l’aide financière pour financer potentiellement les projets dans leur intégralité ainsi que l’assistance technique pour les mener à bien. Voilà pourquoi de nombreuses entreprises en viennent à considérer Origina comme un partenaire informatique plutôt que comme un simple prestataire de services informatiques.

Au plus haut niveau, les DSI approuvent les avantages de la tierce maintenance. Selon une étude de Forrester Consulting, seulement 14 % des entreprises font appel exclusivement à des fournisseurs pour l’assistance et la maintenance logicielles. Une proportion surprenante de 79 % d’entre elles utilisent une combinaison des deux, tandis que 80 % d’entre elles recommanderaient à d’autres entreprises d’opter pour la tierce maintenance.

Passez à la tierce maintenance pour les produits IBM

Pour tenir tête aux nouveaux concurrents, il est certain que les institutions de services financiers doivent repenser leur ancienne infrastructure IBM. Nombre de ces entreprises ont hélas les mains liées pour diverses raisons.

Heureusement, la résolution de ces problématiques n’est pas la partie la plus difficile du parcours. De nombreuses institutions financières constatent actuellement que la tierce maintenance peut constituer un atout stratégique pour leurs logiciels IBM.

Découvrez comment Origina peut aider votre équipe à réinventer le regard qu’elle porte sur ses investissements dans les logiciels IBM et bénéficier d’une aide pour mener à bien vos projets de transformation numérique. Contactez-nous dès aujourd’hui pour une étude de faisabilité gratuite qui vous montrera quels produits nous pouvons prendre en charge et combien vous pourriez économiser en passant chez nous.

ORIGINA SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Table des Matières

Pour les derniers conseils technologiques Abonnez-vous à notre NEWSLETTER - THE UPTME

Origina Cyber Security

Wait! Don't forget to subscribe to our Newsletter- The Uptime for the latest technology tips!

Origina logo optimized

Join Us

Breaking Free: TPM’s, Software Licenses & the ‘Right to Repair’
-Above the Law Series

There has been considerable debate about legal protection of TPMs and the challenges of the right to repair under competition and copyright law. And the debate has moved into a direction that benefits enterprises like yours.